Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

Oh, je sais que ce billet ne sera pas le premier que vous lisez sur l’un des best sellers de ces derniers mois… Tant pis, il faut tout de même que je vous parle de ce roman qui rentre directement dans ma catégorie « coup de cœur ».

J’aime particulièrement les romans sur fonds d’événements historiques et j’ai donc été totalement conquise par cette histoire. L’alternance des passages de la vie de Sarah et celle de Julia s’harmonise parfaitement. Je suis, moi aussi, partie à la recherche de ce passé trouble de cette famille française, finalement comme les autres… Je découvrais également l’écriture de Tatiana de Rosnay et n’ai pas été déçue. Je pense tenter l’aventure avec un prochain roman… Si vous avez des suggestions, je prends !

 Après avoir vu l’année dernière le film « La Rafle », j’ai été contente de lire ce roman bien documenté sur ces moments bien troubles de notre histoire. Car finalement la Rafle du Vel’ d’Hiv est assez peu connue… Et pourtant… Pour information, je n’ai pas voulu voir le film avant de lire ce livre. Rien que de savoir que le personnage de Julia était joué par la grande Kristin Scott-Thomas m’a influencé… Mais maintenant, je vais penser à louer le dvd….

1 commentaire

Classé dans Coups de coeur, Littérature française

Ce week-end, c’est la Fête du Livre de Bron

Lyonnais, Lyonnaises,

Amateurs de livres et de Littérature,

Ce week-end vous avez rendez-vous à Bron, à la 25ème fête de Livre. Alors déjà, si vous ne connaissez pas cet événement, il faut savoir qu’il ne s’agit pas d’un salon du Livre au sens classique du terme. Bien sur il y a une librairie et vous pourrez repartir avec quelques ouvrages sous le bras. Mais le but de cet événement est de promouvoir la littérature et ses auteurs.

Depuis 25 ans, la Fête du Livre de Bron est à la fois le témoin et la vitrine des œuvres les plus marquantes de la littérature française. A l’occasion de cette édition anniversaire, le festival proposera au public de revenir sur ces 25 années d’écritures contemporaines en présentant, sous des formes diverses  – lectures, débats, grands entretiens, bibliothèque idéale – les écrivains majeurs, les livres clés, les thématiques récurrentes et les principaux mouvements qui ont marqué ce quart de siècle. Entre bilan et perspective d’avenir, la 25ème édition de la Fête du Livre de Bron sera une fois de plus l’occasion de rencontrer de grands auteurs internationaux, des jeunes écrivains prometteurs, des voix singulières, des essayistes, mais aussi des poètes, des illustrateurs ou des auteurs de bande dessinée dans une volonté constante de découverte, de partage et de réflexion autour de la création et de la pensée.

Une cinquantaine d’écrivains français et étrangers seront reçus dont :

Christine Angot, Claude Arnaud, François Bégaudeau, François Bon, Yves Bonnefoy, Javier Cercas, Charles Dantzig, Mathias Enard, Philippe Forest, Régis Jauffret, Maylis de Kerangal, Patrick Lapeyre, Linda Lê, Jean-Claude Mourlevat, Sofi Oksanen, Olivia Rosenthal, Jean Rouaud, Will Self, Antoine Volodine…

La 1ère Fête du Livre a eu lieu les 22 et 23 mai 1987 à l’initiative de l’association Lire à Bron et de la Médiathèque. 25 ans plus tard les objectifs du projet restent les mêmes :

 Une manifestation littéraire de qualité, un lieu de réflexion, d’échanges et de débats ;

La rencontre avec des auteurs déjà reconnus mais aussi la découverte de nouveaux talents ou des auteurs moins médiatisés ;

Une grande librairie originale avec des libraires indépendants de la région ;

Une programmation à part entière pour le jeune public et les tout-petits.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site : http://www.fetedulivredebron.com/la-fete-du-livre-accueil

Poster un commentaire

Classé dans Evénements

Je bloggue peu et alors ?

Et oui, c’est un constat que je fais depuis quelques temps et que j’assume complètement.

En fait, on m’a offert Delphine de Mme de Stael pour Noel. Deux tomes. En roman épistolaire. J’adore ce type de roman, mais il faut avouer que la lecture est un peu plus longue que celle d’un polar…

A la fin des 500 pages de ce premier tome, je fais une pause avant que la lassitude ne pointe son nez et viendrai prochainement vous en parler…

J’ai commencé hier soir à lire une biographie de Christian de Chergé, l’un des moines du monastère de Tibhirine, écrite par Christine Ray. Changement radical de style et d’ambiance par rapport à ma Delphine éprise d’un amour romantico-platonique pour le beau et ténébreux Léonce.  

J’en profite aussi pour vous faire partager l’une de mes résolutions par rapport à ce blog. Je me rends bien compte que si l’on veut « exister » sur la blogosphère il faut écrire régulièrement, voire très régulièrement. J’avais essayé de maintenir un rythme soutenu au début, mais je dois bien avouer que cela va à l’encontre de ma conception de la lecture. Si je me force à lire et à engloutir des ouvrages pour pouvoir faire mes deux ou trois articles par semaine, je suffoque ! Et tout le plaisir de la lecture s’envole.

Alors voilà, ce blog vivra à mon rythme de lecture et je ne le soumettrai pas à un rendement frénétique. Peut-être que cette sage résolution vient de l’ouvrage Trop Vite de Jean-Louis Servan-Schreiber lu entre Noel et le jour de l’an ? Sans aucun doute ! Cet ouvrage n’est pas véritablement de la littérature alors je ne vous en parlerai pas ici, mais je vous conseille de le lire. Son analyse du court-termisme de notre société sur tous les plans (économie, politique, personnelle…) est effrayante mais tellement réelle…

Pour toutes ces bonnes raisons aussi, je ne participerai pas aux Challenges qui fleurissent sur d’autres blog : je prends vraiment plaisir à lire ces articles et j’aimerais y participer. Mais j’aurais l’impression de prendre le départ d’une course que je ne peux pas suivre. Alors je pioche des idées ici ou là et j’admire tout ceux et celles qui parviennent à lire tout cela.

Alors oui je bloggue peu… et alors !!!!

6 Commentaires

Classé dans Et sinon...

Une citation du jeudi !

Après plusieurs semaines d’absence, retour sur ce blog  ! Comme on est jeudi, je voulais vous partager une citation issue de Delphine, de Mme de Staël que je lis en ce moment : un roman épistolaire épatant !

Ah! mon amie, ne le sens-tu pas comme moi ? L’univers et les siècles se fatiguent à parler d’amour, mais une fois, dans je ne sais combien de milliers de chances, deux être se répondent par toutes les facultés de leur esprit et de leur âme ; ils ne sont heureux qu’ensemble, animés que lorsqu’ils se parlent ; la nature n’a rien voulu donner à chacun des deux qu’à demi et la pensée de l’un ne se termine que par la pensée de l’autre.

Delphine, Tome 1, 3e partie, lettre VII

2 Commentaires

Classé dans Le Jeudi, c'est citation

La Promesse de l’aube de Romain Gary

Ça y est, je me suis lancée dans la lecture de Romain Gary avec La Promesse de l’Aube. Je ne savais rien de l’auteur, de l’homme comme de l’œuvre. La Promesse a été une belle découverte pour moi sur le plan littéraire mais également historique. Suivre les pas de cet homme, engagé dans une Histoire bien plus grande que la sienne, et poussé par l’amour indéfectible d’une mère à l’amour exclusif. J’ai bien conscience que je suis entrée dans l’écriture de Gary dans une période où je n’étais pas spécialement réceptive… J’ai d’ailleurs mis un mois pour lire l’ouvrage ; la honte ! De nombreux passages m’ont marqué et je voulais vous en faire partager un spécialement :

Il s’appelait Bouquillard et, à trente-cinq ans, était de loin notre aîné. Plutôt petit, un peu voûté, coiffé d’un éternel béret, avec des yeux bruns dans un long visage amical, son calme et sa douceur cachaient une de ces flammes qui font parfois de la France l’endroit du monde le mieux éclairé.

Il devint le premier « as » français de la bataille d’Angleterre, avant de tomber après sa sixième victoire, et vingt pilotes debout dans la salle d’opérations, les yeux rivés à la gueule noire du haut-parleur, l’entendirent chanter jusqu’à l’explosion finale le grand refrain français, et alors que je griffonne ces lignes, face à l’Océan, dont le tumulte a couvert tant d’autres appels, tant d’autres défis, voilà que le chant monte tout seul à mes lèvres et que j’essaye de faire renaître ainsi un passé, une voix, un ami, et le voilà qui se lève à nouveau vivant et souriant à côté de moi et il me fait toute la solitude de Big Sur pour lui faire de la place.

Il n’a pas sa rue à Paris, mais pour moi toutes les rues de France portent son nom

 

Merci à Delphine qui est à l’origine de cette découverte, via sa passion pour cet auteur, ses articles sur son blog et l’envoi de Tombeau de Romain Gary, écrit pas Nancy Huston.

6 Commentaires

Classé dans Littérature française

Le Meurtre de Roger Ackroyd d’Agatha Christie

 Comme je vous l’annonçais la semaine dernière, je participe au Challenge Agatha Christie et pour cela, j’ai voulu commencer par le commencement en lisant « Le Meurtre de Roger Ackroyd ». Paru en 1926, ce roman fut un succès pour la jeune romancière et la critique salua la rigueur de l’intrigue où l’énigme n’apparait qu’à la fin…

Bien sur, c’est aussi lors de ce roman que le lecteur fait la connaissance d’Hercule Poirot. Il parait qu’Agatha Christie explique la naissance du détective belge dans son autobiographie. Alors comme l’ouvrage est déjà sur ma table de chevet, je vais garder le mystère entier…

Vous n’êtes pas en train de lire ces quelques lignes pour connaitre l’identité du tueur (quoi que ?) mais pour connaitre mes impressions de lecture, n’est ce pas ? Et bien, ce retour vers Agatha Christie fut un vrai enthousiasme pour moi. J’ai renoué avec bonheur avec l’univers victorien de la romancière : chaque mot nous renvoie à une époque, une ambiance. Lisez vous-même, au début de l’ouvrage : « J’entrai par la porte principale et pris tout mon temps pour suspendre mes vêtements au portemanteau du vestibule. Mon chapeau d’abord, puis le pardessus léger dont j’avais jugé prudent de me munir ».

Vestibule, pardessus, autant de mots inusités aujourd’hui qui font tout le charme des romans christiens !

8 Commentaires

Classé dans Challenge, Littérature anglaise

Agatha et George, marraines de Challenges

Depuis quelques jours, George est atteinte d’une  « challengite » aigue et nous a proposé, entre autres, un challenge « Agatha Christie ». Lady Agatha aurait eu 120 cette année et de nombreux hommages lui sont rendus : logique que la blogosphère s’en mêle !

La semaine dernière, j’étais tombée par exemple sur le supplément du Magazine Lire qui est vraiment très bien fait et qui nous permet de découvrir un plus « la vraie » Agatha Christie (même si elle ne se laisse pas attraper comme cela !).

Bref, Agatha Christie et moi avons passé de nombreux étés ensemble il y a un peu plus de dix ans, puis nous nous sommes perdues de vue, comme souvent avec les amitiés de vacances.

Et puis, les challenges sur la blogo, je les regarde mais jamais encore je ne me suis lancée…

Alors aujourd’hui, je vous annonce fièrement que je vais participer au Challenge Agatha Christie !

Pour l’occasion, j’ai demandé à ma sœur de me rapporter tous les livres d’Agatha restés chez mes parents… il y en a juste 18 !! Alors, il faut faire un choix : lire ou relire ?

J’ai été tentée par le concours organisé par George avec l’aide des éditions du Masque : le ou la bloggeuse qui lira le plus d’Agatha Christie gagnera « Crème et Châtiments », un livre de recettes « délicieuses et criminelles » concoctées à partir des romans de la Duchesse de la Mort. Mais voila, je n’aurai pas le temps, alors je fais le deuil de cet ouvrage alléchant. (Père Noel, si tu repasses par là ?)

Pour ma participation au challenge, j’ai donc décidé de lire :

-> Le Meurtre de Roger Ackroyd, premier roman d’Agatha

-> Le Vallon, roman policier qui tranche dans l’œuvre christienne et qui relègue l’intrigue policière au second plan

-> Une autobiographie, dans laquelle l’auteur nous promet de tout nous dire (je pense qu’elle ment…)

-> Enfin, je terminerai avec La Dernière Enigme, paru en 1976 et qui doit être le dernier de la romancière (si un spécialiste passe par là, tout comme le Père Noel d’ailleurs, qu’il n’hésite pas à souligner mes erreurs s’il y en a…)

Pas de grands classiques mais plutôt une occasion pour moi de retrouver l’auteur, et de refaire connaissance avec cette grande dame de la littérature.

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized